• fardc 1 min

Mines : après le succès avec Kibali Gold mine, Barrick se tourne vers de nouvelles opportunités dans le cuivre

Après le succès obtenu avec Kibali devenu la plus grande mine d’or d’Afrique, Barrick Gold Corporation, est prête à investir dans de nouvelles opportunités dans l’or mais aussi dans le cuivre de la République démocratique du Congo.

Lors d’une conference tenue le 20 mars dernier en marge de sa visite à Doko, site de la cité minière de Durba qui abrite la joint-venture Kibali, le PDG de Barrick, Marc Bristow s’est félicité des réalisions enregistrées et celles attendues durant cette année.

La mine est idéalement positionnée pour remplacer les onces épuisées par l’exploitation minière par d’autres réserves de même qualité, a-t-il fait savoir avant de mettre en avant également les investissements de Kibali pour la promotion des entrepreneurs et fournisseurs locaux.

« Kibali a transformé ce qui était auparavant la région défavorisée du Nord-Est du pays en un nouveau pôle économique et une zone commerciale prospère. Sur les 5 milliards de dollars que nous avons investis en RDC, plus de la moitié a servi à payer les entrepreneurs et fournisseurs locaux, dont nous avons favorisé la croissance, pour en faire des entreprises importantes, en améliorant leurs compétences commerciales et techniques et en leur donnant la possibilité de les mettre en pratique. La troisième centrale hydroélectrique de Kibali, par exemple, a été construite par une équipe entièrement congolaise », s’est-il exprimé.

Faisant allusion au pacte transactionnel signé avec l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé en RDC (ARSP), il a indiqué que cette collaboration a déjà débouché sur une série d’initiatives qui s’appuient sur la stratégie du Contenu local de Kibali.

La société ne cesse d’ouvrir davantage d’opportunités des marchés aux entrepreneurs locaux, dans le cadre de sa politique de la promotion de la sous-traitance et de la classe moyenne en RDC.

Kibali poursuit, en outre, sa conversion vers les énergies renouvelables avec la mise en service prévue en 2025 d’une centrale solaire de 16 MW et des batteries associées. Pendant les six mois de la saison des pluies, l’usine augmentera de 81 à 85% son utilisation de l’énergie renouvelable.

CL

À la une

Également sur Actu 30