• fardc 1 min

RDC – Contrat chinois : Les investissements dans les infrastructures passent de 3,2 à 7 milliards $

Le chef de l’État, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a présidé, ce jeudi 14 mars 2024, à la cité de l’Union africaine, à Kinshasa, la cérémonie de signature de l’avenant au contrat minier renégocié avec le Groupement d’entreprises chinoises (GEC).

Sur instruction du chef de l’État , le contrat initial, qui était défavorable au pays de Lumumba, a été revu et corrigé après un peu plus de 15 ans, depuis sa signature. L’amendement de ce contrat rétablit l’équilibre dans ce partenariat en le rendant gagnant-gagnant entre les parties.

Selon le ministre des Infrastructures et travaux publics, parmi les points d’accord, figure la révision à la hausse du montant d’investissement dans les infrastructures de 3,2 à 7 milliards de dollars américains.

« Cela représente la construction de plus ou moins 5000 km de routes . Cet avenant consacre aussi la participation de la République démocratique du Congo dans le capital de la Sino-Congolaise Hydroélectrique (SICOHYDRO) de Busanga (60% GEC et 40% RDC) », a précisé Alexis Gisaro, ministre d’État en charge des Infrastructures.

À noter que la RDC avait signé, en avril 2008, un contrat avec le GEC prévoyant l’octroi des gisements de cobalt et cuivre en échange de la construction des infrastructures. En 2023, le président Tshisekedi l’avait jugé défavorable aux intérêts congolais et avait demandé sa révision.

Josué Bengbazo

À la une

Également sur Actu 30