• fardc 1 min

Prétendue enquête sur l’IGF : Luzolo Bambi et LICOCO apportent leur soutien à Jules Alingete visé par des « attaques sans preuves »

Le professeur Luzolo Bambi, l’un des pionniers de la lutte contre la corruption, et le président de la ligue congolaise contre la corruption (LICOCO), Ernest Mpararo, ont apporté, mercredi dernier, leur soutien à l’inspecteur général, chef de service de l’IGF, Jules Alingete, qui est au coeur d’une enquête que son équipe qualifie d’un complot et des allégations mensongères.

Se confiant à la presse, le professeur Luzolo Bambi Lesa a voulu publiquement réconforter l’IGF dans ce combat, étant lui-même jadis victime de cette bande organisée.

« J’ai observé le combat de l’IGF-CS que nous avons soutenu depuis le début, qui a concrétisé la volonté du président de la République de lutter contre la corruption, mais surtout de lutter comme jamais auparavant contre les détournements des deniers publics avec les résultats que nous connaissons tous. J’ai été très touché de constater depuis un moment les tirs croisés contre lui, contre sa personne. Par devoir de citoyen et en tant que compagnon de la lutte contre la corruption, je ne pouvais pas rester indiffèrent face à ce comportement. Raison de ma présence aujourd’hui à l’IGF pour le soutenir publiquement, avec ce grand travail de pionnier dans cette lutte qu’il est en train d’abattre et dont les résultats sont connus de tous », a dit Luzolo Bambi.

Pour sa part, le président de la LICOCO, Ernest Mpararo, a exprimé son soutien « indéfectible » à la lutte que mène l’Inspection générale des finances.

« En tant que société civile nous avons un partenariat avec l’IGF et lorsque l’un des partenaires est attaqué nous devons le soutenir , étant donné qu’il exécute et réalise les désirs des citoyens qui veulent à ce que la corruption puisse être combattue. Malheureusement nous constatons effectivement qu’il y’a des tirs croisés, des attaques sans preuves qui sont dirigées contre un de nos partenaires et cela ne nous laisse pas indifférents. C’est pour ça que nous sommes venus le réconforter pour effectivement aussi étudier comment nous pouvons répondre à ces attaques », a-t-il souligné.

Pour sa part, Jules Alingete a réaffirmé sa détermination et sa volonté d’intensifier le contrôle dans les entreprises publiques pour en finir avec la prédation financière.

«  Je suis honoré de recevoir la visite de 2 hôtes. Vous savez le professeur luzolo Bambi Lesa qui est l’un des pionniers de la lutte contre la corruption dans notre pays, est venu nous encourager pour le travail que nous sommes en train de faire et aussi nous demander de tenir bon parce que lui-même a une très longue expérience en la matière. Il a vécu des attaques, oppressions plus grandes et virulentes que celles que l’IGF est en train de vivre. Et le président de la LICOCO est venu dans le même ordre d’idée pour un appui de la société civile engagée dans la lutte contre la corruption, affirme que la société civile est de cœur avec nous et nous demande de continuer ce travail qui s’inscrit dans un partenariat. C’est dans ce cadre là que nous arrêtons beaucoup de stratégies dans la lutte contre la corruption », a-t-il dit.

bf612f7a 1e3c 41b8 861d 1f85ae3f2039

À noter que depuis quelques, le numéro un de l’Inspection générale des finances est mis en mal par une enquête, l’accusant de plusieurs griefs notamment la prédation dans des entreprises.

Josué Bengbazo

À la une

Également sur Actu 30