• fardc 1 min

Kasaï : Des étudiants, enseignants et acteurs de la société civile échangent sur la corruption

La structure RCN Justice et démocratie a organisé, le mercredi 19 juin 2024, à Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï, une conférence-débat sur la lutte contre la corruption.

Des étudiants, quelques acteurs de la société civile et autorités académiques ont pris part à cette conférence qui visait à relever le niveau de ces derniers sur le niveau de vigilance sur la corruption. RCN veut des étudiants sur la mise en place des mécanismes dans leurs universités respectives pour lutter contre la corruption.

« Il était important d’agir à travers une telle conférence sur le niveau de vigilance et de résistance des étudiants sur le phénomène de la corruption. Nous attendons de ces étudiants la mis en place des mécanismes de dénonciation en collaboration avec les autorités académiques pour lutter contre la corruption », a indiqué le coordonnateur des projets de RCN Justice & Démocratie, Innocent Dunia.

Les étudiants sont sortis satisfaits de l’initiative et ont pris l’engagement de sensibiliser les autres étudiants pour dénoncer tout acte de corruption.

« Nous prenons l’engagement de dénoncer tout acte de corruption à travers toute la province. La justice est corrompue, les enseignants, les politiciens, tous sont corrompus. C’est pourquoi nous devons sensibiliser tout le monde », a fait savoir Serge Olivier Nkongolo, étudiant à l’Université KAM.

De son côté, le procureur général près la Cour d’appel du Kasaï estime que la justice est un secteur clé dans la lutte contre la corruption, mais qui fait face à des problèmes parfois d’ordres réglementaire ou fonctionnel.

« Au niveau de la législation, il y a des choses à revisiter, au niveau du fonctionnement de la justice, il y a des choses à booster. C’est à peine que la province dépasse la barre de 30 magistrats, il y a des juridictions qui ne sont pas opérationnelles. Le tribunal de Luebo, ça fait deux ans qu’il ne fonctionne pas. Le fonctionnement de la chaîne pénale pose problème. Il y a des gens qui sont arrêtés mais qui ne connaissent pas leur sort », a déclaré le procureur général près la Cour d’appel du Kasaï.

Cette activité organisée par l’ONG internationale RCN Justice & Démocratie s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du Programme d’appui à la réforme de la Justice, en sa deuxième phase (PARJ2), grâce au financement de l’Union européenne dans le cadre du 11ème Fonds Européen au Développement (FED).

Janderson Nyembue /Tshikapa

À la une

Également sur Actu 30