• fardc 1 min

RDC: L’ Archidiocèse de Kinshasa rejette les «accusations d’opacité’» portées contre le cardinal Ambongo par certains prêtres (Mise au point)

L’ Archidiocèse de Kinshasa a rejeté ce mercredi 10 juillet 2024, les accusations d’opacité dans la gestion portées contre son Archevêque, le cardinal Fridolin Ambongo Besungu, par certains prêtres.

Dans un communiqué, signé par l’abbé Clay Mamvemba Secrétaire-chancelier, l’Archidiocèse de Kinshasa s’est dit consterné par ces affabulations qui contredisent les faits et les rapports des services présentés lors de la journée du Clergé.

Le même communiqué révèle que la vie économique et financière de l’archidiocèse de Kinshasa repose sur des principes claires de rigueur, de transparence et d’equité, avec un suivi permanent d’évaluation du budget prévisionnel et du rapport financier.

À en croire ce communiqué, l’archevêque de Kinshasa veille à ce que chaque prêtre bénéficie d’un traitement digne.

 » L’ archeveque confrère les offices ecclésiastiques à tous les fidèles qui l’ont comme ordinaire, qu’ils soient laïcs ou clercs, du clergé séculier ou régulier, diocésain ou non. C’est le cas du signataire de cette lettre qui reçoit 800$ chaque mois alors qu’ils sont nourris et blanchis . C’est dire que le cardinal veille à ce que chaque prêtre beneficie d’un traitement digne et équitable » A t – il fait savoir

img 6740

Le Secrétaire chancelier a rappelé que la notion de salaire pour le prêtre n’est pas ecclésiale, mais ces derniers perçoivent plutôt une juste rémunération pour vivre non pas dans le luxe, mais dignement.

En outre, l’abbé Clet – Clay Mamvemba a indiqué que l’Assemblée du Clergé de Kinshasa est une association des fidèles, en l’occurrence des clercs, soumise à la vigilance et au gouvernement de l’archevêque, auquel il appartient d’avoir soin que l’intégrité de la foi et des moteurs y soit préservée.

Pour clore, le Secrétaire chancelier, a précisé que les signataires des accusations contre le cardinal Fridolin Ambongo ne peuvent engager légitimement l’Assemblée des prêtres de Kinshasa, ni parler en son nom.

Dans un message envoyé au cardinal Fridolin Ambongo, le 4 juillet dernier, les clergés de Kinshasa ont dénoncé la gouvernance désastreuse, des relations humaines, des finances ainsi que de la politique économique de l’Archidiocèse de Kinshasa.

Jael Moloway

À la une

Également sur Actu 30