• fardc 1 min

Trêve humanitaire au Nord-Kivu : 5 jours après, aucun convoi humanitaire dans les camps de déplacés

Les États-Unis d’Amérique ont annoncé, jeudi dernier, une trêve humanitaire entre les parties prenantes au conflit qui sévit dans l’Est de la République démocratique du Congo, pour permettre aux organisations humanitaires et au gouvernement congolais d’apporter de l’assistance aux déplacés coincés par la guerre.

Plus de 5 jours après l’entrée en vigueur de cette trêve, sur place, le constat est amer. Les déplacés disent n’avoir rien reçu en terme d’aide humanitaire, malgré cette annonce.

Coincés dans les zones contrôlées par les rebelles, les déplacés ne voient que des camions chargés de matériels militaires et des hommes armés pour renforcer les positions des rebelles du M23, soutenus par le Rwanda.

« Nous avons accueilli avec joie l’annonce de la trêve, nous avons pensé que ça sera une occasion de revoir de l’aide, comme depuis que nous avons quitté Kanyabayonga, nous n’avons jamais été assistés. Alors que nous attendions de l’aide, nous avons vu débarquer à Kirumba plusieurs véhicules transportant des militaires Rwandais et Ougandais armés jusqu’aux dents. Ils sécurisaient Corneille Nangaa, Bertrand Bisimwa et d’autres officiers du M23. Ils ont parlé et après ils sont partis. Depuis lors, nous voyons passer des camions transportant des armes et plusieurs militaires, mais nous n’avons jamais reçu un convoi humanitaire pour nous apporter de l’aide », a expliqué Muhaya R., déplacé de Kirumba à Lubero.

Une « trêve humanitaire » annoncée, jeudi 4 juillet, par les Etats-Unis, dans le conflit entre les forces gouvernementales congolaises et le M23/RDF semblait être observée sur le terrain, selon des sources locales mais les deux côtés se rengent en ordre de bataille.

Daniel Michombero

À la une

Également sur Actu 30