Muzito-Gizenga : la quelle des candidatures est sérieuse?

Si la démarche du Parti lumumbiste unifié (PALU) vis-à-vis de la Majorité présidentielle n’est pas du chantage, elle n’est pas, sous l’angle du changement, différente de celle entreprise par Adolphe Muzito. Seulement, c’est au moment où la MP peaufine des nouvelles stratégies, que le PALU lui rappelle anachroniquement leur ancien contrat de partenariat, en sollicitant du soutien pour son futur candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018. D’aucuns voient en la démarche du PALU de Gizenga une façon de faire pression sur la MP, laquelle doit penser à renouveler leur contrat, chose qui lui permettrait d’avoir de privilèges comme ceux dont il a joui depuis 2006.

À l’opposé de ce que fait le PALU par le biais de Wolf Kimasa, il y a Adolphe Muzito qui ambitionne pour de vrai de briguer la magistrature suprême. Au lieu de se mettre à ressasser l’accord signé entre le PALU et la MP, Muzito a commencé à battre campagne en sa faveur et, sans atermoyer, s’est rapproché des partis politiques de l’opposition en vue de la constitution d’une nouvelle coalition. Lui et Lugi Gizenga ont étaient vite mis hors d’état de nuire pour avoir tenté d’aller vers le MLC et les autres formations politiques. Adolphe Muzito avait comme déjà tourné la page PALU-MP.  Son discours était devenu direct et « va-t’en guerre ». « Nous ne voulons pas soutenir des gens qui ne seront pas d’accord avec notre politique. Jusqu’ici nous avons commencé des contacts. C’est notre droit et tout le monde s’y met d’ailleurs. Le PPRD consulte, constitue des groupements politiques. Nous aussi ! », avait-il déclaré. Pour l’ancien Premier ministre, le moment était venu de discuter des programmes politiques en vue des nouvelles  alliances électorales. La coalition entre le PALU et la MP, avait-il estimé, devrait cesser d’exister, pour permettre à chaque parti de se préparer pour affronter les prochaines élections sous ses propres couleurs.

A quelque mois de la présidentielle, ce député national élu du Kwilu estime être le vrai acteur du « film » et ne compte apparemment pas s’arrêter à mi-chemin. « Nous ne voulons pas de cadeaux empoisonnés… », avait-il dit le 6 mars, dans une interview sur radio Okapi.

La motivation est ailleurs

Samedi 24 mars, Wolf Kimasa, secrétaire permanent du Palu, a appelé la MP à soutenir son futur candidat à la présidentielle, Antoine Gizenga, par principe de réciprocité. Sans nul doute, certains cadres du PALU voudraient continuer à exploiter le côté mythique et historique, voire l’aura d’Antoine Gizenga pour être pris au sérieux vis à vis de la MP. Sinon, le 25 septembre 2008, Antoine Gizenga avait démissionné du poste de Premier ministre et Adolphe Muzito, en ce moment-là ministre du Budget, l’avait remplacé. Environ dix ans après, nombreux sont ceux qui ne croient pas que le nonagénaire Gizenga cherche à diriger le pays en tant que président de la République.