Culture de l’écriture : l’ACOFEPE a sensibilisé les lycéennes de Motema Mpiko

L’Association Congolaise des Femmes Journalistes de la Presse Ecrite (ACOFEPE) poursuit sa campagne de sensibilisation des élèves sur la culture de la lecture dans la commune de Kasa-Vubu. Le mercredi 18 avril, c’était le tour d’une cinquantaine d’élèves finalistes du Lycée Motema Mpiko, de différentes options, d’être sensibilisées. L’équipe de l’ACOFEPE, dirigée par Grace Ngyke Kangundu, les a entretenues sur l’importante de la lecture et l’amélioration de l’écriture. Occasion était pour la présidente de l’ACOFEPE de leur expliquer que la lecture est comparable aux autres divertissements comme les spectacles, les jeux ou le sport. Elle leur a affirmé que la lecture procure au lecteur un plaisir, en plus de détourner ce dernier de la réalité et de lui permettre d’oublier les soucis et stresse quotidiens. La présidente de l’ACOFEPE a insisté, leur disant que l’exercice de la lecture est une aide précieuse pour quiconque veut apprendre à s’exprimer et à penser. « Les livres permettent de forger l’esprit critique par la confrontation entre les idées et les idéologies », a-t-elle déclaré. Au terme d’un échange interactif, les sensibilisatrices de l’ACOFEPE ont fait le constat selon lequel les lycéennes de Motema Mpiko fréquentent régulièrement les bibliothèques. Grace Ngyke a en outre conscientisé les élèves du secondaire et des humanités internées du même lycée, sur la bonne lecture qu’elle considère comme « la base de toutes choses ». Elle a cependant déploré le fait que les femmes aient perdu le gout de l’écrit aujourd’hui. Pour sa part, Clémence Feza et Micha Kisalasala, membres de l’asbl, ont parlé, dans leurs interventions, des réseaux sociaux, appelant les filles à l’utilisation d’une écriture conforme dans leur communication par Facebook et Whatsapp. Quelques lycéennes en ont profité pour relever certains obstacles à l’écrit, préoccupation à laquelle Clémence Feza et Micha Kisalasala ont répondu que l’écriture exige beaucoup plus de rigueur et de précision. Après avoir lancé un plaidoyer aux parents et aux  institutions publiques et internationales à soutenir l’ACOFEPE par un mécanisme de suivi de l’amélioration de l’écriture des élèves, Grace Ngyke a rassuré les lycéennes sur la tenue prochaine d’un concours national portant sur l’écriture.