Lycée II Kasa-Vubu : l’ACOFEPE débute sa campagne de sensibilisation à l’importance de la lecture

Le Lycée 2/ Kasa-Vubu, dans la commune du même nom, a servi vendredi 13 avril  de première étape de la campagne de sensibilisation à l’importance de la lecture, lancée par l’Association congolaise des femmes journalistes de la presse écrite (ACOFEPE). La séance pédagogique qui y a été organisée a concerné tant les élèves du secondaire que des humanités, de toutes les options. Grace Ngike, la présidente de l’ACOFEPE, accompagnée de deux membres de la structure, se sont notamment entretenues avec les élèves filles de la 6ème  année des humanités de l’option biologie-chimie. Dans un jeu interactif des questions-réponses avec les filles, les sensibilisatrices ont de prime abord cherché à savoir si elles fréquentent de bibliothèques. Il s’est avéré au terme des échanges qu’environ 90% d’elles ne fréquentent pas de bibliothèques. C’était l’occasion pour la présidente de l’ACOFEPE de les encourager, en leur expliquant que la consultation  et la lecture des ouvrages et périodiques constituent une aide précieuse pour quiconque veut apprendre à penser et à s’exprimer. « L’exercice de la lecture apporte une inspiration nouvelle, une interprétation actualisée du monde ainsi qu’une culture plus approfondie », leur a-t-elle dit avant d’ajouter que : « La lecture nous permet de faire travailler notre mémoire, de réviser sans effort notre orthographe et d’accumuler des connaissances ». Pour sa part, Clémence Feza Tshiala, membre de l’ACOFEPE, a appelé les élèves à bien se servir  des réseaux sociaux dont Facebook et Whatsapp. Au lieu de se limiter au postage de photos sur vos pages publiques, leur a-t-elle dit, vous pouvez aller plus loin en recherchant des ouvrages se rapportant à la lecture et à la science. Elle en a profité pour leur dire de ne plus utiliser des abréviations pour envoyer des messages par internet ou par « SMS », étant donné que c’est une pratique qui nuit à l’amélioration de l’écriture française. Tout s’est bien passé, à la grande satisfaction des élèves, des sensibilisatrices, voire d’Odette Fakamba Nkibewa,  préfet des études de cette école qui a vu le jour le 3 septembre 1967.

À la une

Également sur Actu 30