Malgré les 528 millions de dollars, l’ONU court toujours derrière la RDC pour une autre conférence

Au terme de la conférence humanitaire de Genève, co-présidée par les Nations unies, l’Union européenne et le Royaume des Pays-Bas, les donateurs internationaux ont annoncé un financement de 528 millions de dollars pour soutenir l’acheminement de l’aide humanitaire en République démocratique du Congo (RDC). Les organisateurs de ladite conférence, les Nations Unies, ne sont apparemment pas satisfaits parce qu’ils ont récolté juste le 1/3 de la somme dont ils ont besoin qui est d’un peu plus de 1,7 milliard de dollars. Dans une autre tentative, l’ONU cherche à s’entendre avec le gouvernement  congolais. Elle souhaite reprendre les échanges sur l’assistance humanitaire  avec Kinshasa « au moment et à l’endroit » de son choix. « L’ONU travaille en étroite collaboration avec le gouvernement de la RDC et des discussions sont en cours quant à l’organisation d’un événement de suivi de la conférence », indique le communiqué final de la Conférence de Genève.

La Belgique qui a annoncé 25 millions d’euros, appelle les dirigeants congolais à prendre au sérieux la crise humanitaire en RDC. Alexander De Croo, vice-Premier ministre et ministre belge à la Coopération au Développement les appelle à ne pas négliger la crise humanitaire qui sévit dans le pays. « L’absence de la RDC à cette conférence est à la fois regrettable et incompréhensible. Pour mettre fin à la souffrance humaine, il faut que les leaders congolais prennent cette crise humanitaire au sérieux. Voilà pourquoi nous exhortons le gouvernement congolais à revoir sa position face à la crise humanitaire pour que nous puissions la résoudre ensemble. Pour mettre fin à cette crise humanitaire, il faut éteindre le conflit et traiter les problèmes structurels, tels que la pauvreté et le sous-développement », a-t-il déclaré. Pour sa part, l’Union africaine voudrait créer son agence humanitaire qui accorderait aux pays africains « un rôle central » par rapport au besoin humanitaire en cas de crise. Toutefois, personne ne sait comment l’agence de l’UA sera financée.   D’après l’ONU, environs 13 millions de personnes, dont un tiers de déplacés internes, ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence cette année.