RDC : les journalistes femmes de la presse écrite ont maintenant leur association

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est maintenant une réalité. Après sa création le 27 décembre 2017, l’Association congolaise des femmes journalistes de la presse écrite (ACOFEPE) a été lancée officiellement samedi 31 mars, dans l’enceinte de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC), à la place Professeur Malembe.  La cérémonie de sa sortie officielle s’est faite  devant plusieurs invités et étudiants en journalisme.  Dans son discours, Grace Ngykie, présidente de l’association, a rendu hommage à la presse écrite qu’elle a qualifiée de « mère du journalisme ». « Consciente du désintérêt des femmes aujourd’hui pour la presse écrite, de la discrimination dont la femme journaliste de ce secteur est l’objet en RD Congo, vis-à-vis d’une part de son homologue masculin, et d’autre part des sources d’information lui préférant sa collègue de la télévision, l’ACOFEPE s’attache donc à rassembler les femmes œuvrant dans les journaux. Il s’agit ensemble de faire face aux problèmes inhérents à leur statut, améliorer la qualité de leur travail, afin de jouer un rôle leader, et de promouvoir une information servant les objectifs du développement durable », a-t-elle déclaré. L’ACOFEPE poursuit plusieurs objectifs, entre autres la sensibilisation et la formation des femmes journalistes ainsi que l’encouragement au sein de rédactions de la parité homme-femme de compétences. Quant à Natacha Mozo, Représentante de l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM), elle a relevé que la presse écrite en RDC est demeurée un parent pauvre à cause des préjugés. L’UCOFEM, a-t-elle promis, accompagnera l’ACOFEPE. « Le succès de cette association dépend de toutes les femmes membres de celle-ci », a-t-elle déclaré. Présent à la cérémonie, le délégué de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) a abondé dans le même sens que Grace Ngykie, en affirmant que « tout s’écrit d’abord avant d’être dit ou posté en ligne ». Représentant le recteur de l’IFASIC empêché, le Professeur Philippe Tonda a encouragé les membres de l’association en leur souhaitant plein succès. Selon Monsieur Tonda, il n’est pas facile de travailler comme journaliste de la presse écrite, étant donné que beaucoup ont immigré vers le numérique. L’ACOFEPE est constituée  de cinq organes : l’Assemblée générale, le collège des fondateurs, le conseil d’administration, le conseil des sages, et le collège des commissaires aux comptes.