SYCO : le compromis étant trouvé, les membres appelés à suspendre le sit-in prévu à la Primature mardi

Une délégation du Syndicat des professionnels de santé des deuxième et troisième cycles (SYCO) ont présenté leurs revendications professionnelles à Jean-Félix Kamanda, directeur de cabinet du Premier ministre, Bruno Tshibala, le 16 avril 2018. À l’issue de leurs échanges, ils se sont entendus de mettre sur pied une commission, ce qui a poussé les représentants des professionnels de santé à lancer un message d’apaisement à l’endroit de leurs collègues qui ont prévus de faire un sit-in le 17 avril. « Nous avons prévu de faire un sit-in à la Primature, mais compte tenu du pas que le gouvernement vient de faire en nous proposant de constituer une commission rapidement, nous demandons à nos camarades de pouvoir se tranquilliser à travers le pays, mais, de rester toujours vigilants. Tout ce qui va arriver, vous serez informés par les voies habituelles. Nous suspendons la manifestation de demain », a déclaré Cyrille Ndjate, secrétaire exécutif national du SYCO. Toutefois, les « prosantés »  ont affirmé que, jusque-là, ils ne sont pas rassurés. « Cela ne nous rassure pas aussi longtemps que nous n’avons pas encore palpé. Nos camarades, nos membres croupissent encore dans la misère », a déclaré M. Ndjate, considérant que c’est encore une déclaration d’intention. « Nous allons voir comment la commission pourra être formée », affirme-t-il un peu méfiant. Selon Cyrille Ndjate, plus de 5 mille agents à travers le pays ne touchent pas la prime modique qu’ils revendiquent et que, c’est seulement après l’avoir touché qu’ils se prononceront. Trois semaines passées, ils étaient reçus par le vice-Premier ministre et ministre des Transports, José Makila. « Nous lui avions posé nos différents problèmes et il nous avait demandé d’attendre le retour du Premier ministre qui était à l’étranger », a expliqué le secrétaire exécutif national du SYCO, précisant que le Premier ministre étant de retour au pays, ils étaient venus clôturer leurs échanges. « Aujourd’hui, nous nous sommes convenus pour qu’il y ait une commission qui puisse rapidement impacter nos revendications. C’est après ces impacts que le Premier ministre pourra se prononcer », a-t-il indiqué.