L’avocat français de Kamerhe après le refus d’un visa par l’ambassade de la RDC : « Ce procès n’en est pas un et peu importe l’arrêt qui sera rendu »

A travers un communiqué parvenu ce vendredi 31 juillet à Actu30, Pierre Olivier Sur, avocat de Vital Kamerhe, confirme que l’ambassade de la RDC a refusé son visa, l’empêchant à cet effet de venir en RDC pour défendre son client jugé en appel dans le cadre du procès 100 jours.

Il note que le fait de priver à un homme le droit de se défendre déshonore en même temps ses accusateurs, ses juges et leurs chefs.

« J’ai été reçu ce matin par le chargé d’affaires de l’ambassade de RDC en France. Il m’a signifié solennellement, dans son grand bureau qui borde la Seine, que mon visa a été refusé, faute pour moi de pouvoir prouver qu’un accord bilatéral entre nos deux pays m’autoriserait à plaider à Kinshasa(…) Quand on prive un homme du droit de se défendre, ce sont ses accusateurs, ses juges, et leurs chefs qui sont dégradés et même déshonorés », indique-t-il.

images 31

Selon lui, le procès 100 jours n’en est pas un, car, « on prive à son client le droit de se défendre ».

« Alors, quoiqu’il arrive désormais, votre procès n’en est plus un. Et peu importe l’arrêt qui sera rendu .À défaut d’adresser mes écritures à vos juges, puisqu’on me l’interdit, je transmets avec votre accord cette lettre à la presse.Car, si je ne peux être votre avocat plaidant, considérez-moi, à l’image de mes lointains confrères interdits d’exercer pendant la période de terrur en France, comme l’un de vos défenseurs officieux qui, empêché de plaider, remuera ciel et terre, et l’opinion en particulier, pour vous défendre », renchérit-il.

Vital Kamerhe est jugé en appel au niveau de la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe. Il a été condamné le 20 juin par le Tribunal de grande instance à 20 ans des travaux forcés pour détournement des deniers publics, dans le cadre du programme de 100 jours du Chef de l’État.

Corneille Lubaki