• afriland banniere

RDC : « En 2023, avec ou sans élections, le régime Tehisekedi doit partir », (Ferdinand Kambere)

Dans une interview accordée à Actu30.cd, le mercredi 16 novembre 2022, le secrétaire permanent adjoint du Parti du Peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) a fustigé la manière dont la question de la situation sécuritaire de l’Est de la RD Congo est gérée par le régime Tehisekedi.

Ferdinand Kambere a surtout exprimé son regret de voir le gouvernement ne pas prendre en compte les propositions de l’opposition pour juguler cette situation.

« Nous sommes au grand regret du comportement du régime Tshisekedi dans la gestion de la sécurité à l’Est, parce-que tout qui a été fait comme observation depuis l’état de siège, le président de la République n’a jamais suivi un conseil ou de l’observation donnée par l’opposition (…) Au sujet du processus électoral, aucune observation. Dans l’armée, tout ce que nous avons proposé pour qu’elle soit dissuasive, aucune prise en compte. On ne mobilise pas par des discours vains. Est-ce qu’il est normal que ça soit un président honnaire étranger qui lui vienne ici, qu’il trouve qu’il doit aller à Goma, il rencontre les populations en masse, il commence à évoquer la pitié du Rwanda alors que nous avons un régime, nous avons des gens qui ont été votés à l’issue des élections », a-t-il déclaré.

Pour Ferdinand Kambere, au regard de la mauvaise gestion du pays, le régime Tshisekedi partira en 2023 avec ou sans élections.

« La position de l’opposition, ce qu’en 2023, s’ils ne veulent pas organiser, avec ou sans élections, ce régime doit partir. Ça ne vient pas de nous, c’est la constitution qui va s’appliquer », a souligné Ferdinand Kambere.

Pour le secrétaire permanent adjoint du PPRD, l’appel à la mobilisation lancé par le chef de l’État doit passer par certains préalables.

« Ils veulent nous faire entrer dans un piège où tous ces présidents parrainent des accords de la CEEAC, de négocier pour que nous tous tombions dans le piège où l’Est est apparemment cédé à un Kagame qui veut toujours avoir plus d’espace parce que le Rwanda est trop petit pour lui », s’est-il indigné.

D’après Ferdinand Kambere, c’est avec l’opposition que le gouvernement devrait chercher la cohésion nationale et non avec des discours ou un défilé des présidents d’autres pays à Kinshasa.

Moloway Jaël

À la une

Également sur Actu 30