RDC : Patrick Muyaya compte veiller « personnellement » sur l’exercice de la liberté de la presse

Les professionnels des médias ont célébré, ce lundi 3 mai 2021, la journée mondiale de la liberté de la presse sous le thème : « Information comme bien public« . Une cérémonie officielle a été organisée à Kinshasa, en présence des membres du gouvernement dont le ministre de tutelle, Patrick Muyaya, des députés nationaux et des organisations des journalistes, notamment l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) et Journaliste En Danger (JED).

Dans son mot de circonstance, le nouveau ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, a qualifié le thème de cette année comme une « interpellation ».

Patrick Muyaya a affirmé que le gouvernement compte poursuivre et parachever les réformes législatives et structurelles dans le secteur de la presse et de la communication dont la réforme de la loi de 1996 et sur l’accès à l’information.

Pour une bonne collaboration avec la presse, le ministre de la communication et médias dit être »le ministre de l’écoute ».

En outre, Patrick Muyaya a exprimé le voeu de promouvoir la liberté de la presse durant son passage au ministère de la Communication et Médias.

« Je ne voudrais pas faire une promesse, mais je veillerai personnellement durant mon passage dans ce ministère à toujours promouvoir l’exercice de la liberté de la presse, à toujours la protéger, surtout ceux qui l’exercent dans le respect des lois de la République parce que c’est ce qui contribuera à l’essor d’un journaliste responsable, ethnique et professionnel.« , a-t-il fait savoir.

S’agissant de l’état de siège annoncé pour restaurer la paix dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, le porte-parole du gouvernement a invité les médias à jouer un rôle patriotique en soutenant les éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et la Police Nationale Congolaise en vue de privilégier la cohésion nationale.

Selon Tshivis Tshivuadi, secrétaire général de l’ONG Journaliste en Danger (JED), la RDC occupe la 149ème sur 180 place des pays à risque pour la pratique du journalisme.

Il a aussi dénoncé la restriction de la liberté de presse dont sont victimes certains journalistes et a également plaidé pour le ménage de la profession afin d’élaguer « les moutons noirs » qui ternissent l’image du journalisme.

La journée mondiale de la liberté de la presse trouve son origine dans la conférence de l’UNESCO à Windhoek en 1991. Elle consiste notamment à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse.

Jaël Moloway

À la une

Également sur Actu 30