Congo hold-up : « Congo n’est pas à vendre » annonce la constitution d’un collectif d’avocats pour récupérer « les biens mal acquis »

Au cours d’une conférence de presse tenue à Kinshasa, mardi 23 novembre, la structure « Congo n’est pas à vendre » (CNPAV) a apporté son soutien au rapport « Congo hold-up » révélant des détournements de plus de 138 millons de dollars américains par le clan de l’ancien président de la République, Joseph Kabila, entre 2013 ‌et 2018.


Tout en souhaitant l’ouverture d’un procès sur la corruption de masse en RDC, cette plateforme de lutte contre la corruption a annoncé la constitution d’un collectif d’avocats pour porter plainte au niveau national, en vue de récupérer les biens « mal acquis ».

« J’ai entendu Patrick Muyaya (ministre de la communication) parler d’une enquête, oui, c’est une annonce. Une enquête qui va aboutir, qui va jusqu’au bout, ça j’en doute et je vais vous dire pourquoi. Vous savez, autrefois, l’ODEP (Observatoire de la dépense publique) qui est membre de CNPAV, nous avons fait une enquête sur TRANSCO. Ce dossier a été même au Parquet et tout, on avait même arrêté le directeur administratif et financier de TRANSCO, puis à cause des relations, notamment dans le gouvernement, on les a relâchés, vous voyez ? Ensuite, quand à l’arrivée des bus, qu’est-ce qu’on a fait ? Le ministre des Transports a créé une commission d’enquête, jusqu’aujourd’hui, ils m’ont même cherché à aller là-bas, j’ai refusé, parce que je savais que ça n’aboutirait à rien. Vous savez créér une commission d’enquête, c’est le meilleur moyen d’oublier un dossier sérieux, moi suis septique. Mais on leur laisse la chance, on verra », a déclaré le professeur Florimond Muteba, président du conseil d’administration de l’ODEP et membre de CNPAV.

Et d’ajouter : « Nous sommes en train de constituer un collectif d’avocats et ce collectif d’avocats va réclamer ce qu’on appelle les biens mal acquis. Donc, il y a un sous dossier biens mal acquis qui est là. Nous allons passer à la dénonciation pour qu’on aboutisse à un procès. En ce moment là, si le gouvernement voit qu’on a déjà mis la machine en marche et qu’on est en train d’aller vers un éventuel procès, en ce moment là, il va y avoir de l’impact. Mais les laisser eux prendre l’initiative, je peux vous rassurer que ça va terminer en queue de poisson ».

Dans un rapport publié le week-end dernier dénommé « Congo Hold-up », un groupe de médias et ONG internationaux a révélé des détournements de plus de 138 millons de dollars américains par les proches de Joseph Kabila, ancien président de la République démocratique du Congo.

Par ailleurs, dans ce rapport, il est clairement affirmé que tous ces détournements ont été rendus possibles grâce à la BGFI Bank RDC qui a transféré des gros montants d’argent à des sociétés privées appartenant aux proches de Joseph Kabila. Et ce, entre 2013 et 2018.

Emery Yakamua

À la une

Également sur Actu 30