La CENCO s’inquiète du manque de consensus autour de la machine à voter

Accord de la saint Sylvestre, machine à voter… les Archevêques et Evêques déplore le retard de l’application et le manque de consensus.

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) se dit très préoccupée du fait que la mise en œuvre des préalables exigés par l’accord de la Saint Sylvestre pour l’organisation des élections libres, transparentes et apaisées se fait encore attendre. « Il s’agit principalement du parachèvement des mesures de décrispation. Ne pas les mettre en pratique c’est compromettre le processus électoral et hypothéquer des élections, unique voie de sortie de la crise actuelle », précise-t-elle. Les prélats catholiques l’ont déclaré à l’occasion de l’Assemblée générale ordinaire de l’institution financière pour les œuvres du développement, avec Conseil d’administration (SMF IFOD), tenue à Kinshasa du 11 au 12 avril 2018.  Lors de cette rencontre, les Archevêques et Evêques membres du comité permanent de la  CENCO ont fait le point sur le processus électoral et ses enjeux sociopolitiques. Ils se disent inquiets, à huit mois de l’organisation des élections, du fait qu’un consensus ne soit pas encore trouvé pour l’utilisation de la machine à voter proposée par la CENI. La CENCO se dit aussi préoccupée par le débat engagé sur la problématique de la double nationalité. « Elle redoute la montée des tensions identitaires et l’instrumentation de la justice pour des règlements des comptes politiques. Elle saisit cette occasion pour rappeler que personne n’est au-dessus de la loi qui doit être appliquée de même impartiale », peut-on lire dans le communiqué signé par l’Abbé Donatien Nshole, secrétaire général et porte-parole de la CENCO.