Kwango : 2 détenus meurent de faim à la prison centrale de Kenge

La prison centrale de Kenge, chef-lieu de la province du Kwango, a enregistré deux décès le mardi 18 août 2020.

Il s’agit de deux hommes de la trentaine révolue, découverts sans vie dans leurs cellules respectives. Des corps puants, amaigris, sales, non couverts, qui accusent les conditions carcérales dans lesquelles vivent les prisonniers de Kenge.

Ces deux cas portent à 5 le nombre décès pour le dernier trimestre de l’année cours.

Selon Noël Sala, directeur de la prison, les décès sont dus aux mauvaises conditions dans lesquelles se trouvent les détenus.

Il fait savoir que les prisonniers de Kenge souffrent de faim et manquent des soins médicaux. Ils sont délaissés par les pouvoirs publics, déplore-t-il.

Parmi les difficultés que rencontre la prison, il y a la promiscuité.

À ce jour, la prison centrale de Kenge compte 150 détenus pour une capacité d’accueil de 35 personnes. Conséquences, les prisonniers manquent de nourriture et des soins de santé adéquats.

Une détenue rencontrée sur place a exprimé son ras-le-bol sur la justice, telle qu’elle est rendue au Kwango.

Selon elle, les hommes politiques qui volent des millions d’argent du trésor public sont libres, ne sont pas inquiétés, alors que des pauvres citoyens sont jetés en prison pour des faits bénins.

Au mois de juillet dernier, le directeur de prison avait lancé un appel à l’aide en nourriture et soins de santé en faveur des prisonniers. Un cri d’alarme resté sans réponse jusque là.

Rédaction Actu30