Tshopo : La marche de l’UNC étouffée par la police à Kisangani

Prévue ce vendredi 7 août à Kisangani, la marche de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) a été étouffée par les élément de la police sur ordre du ministère provincial de l’intérieur.

Empêchés, les militants de l’UNC/Tshopo ont manifesté devant le siège de leur parti, pour réclamer la libération de leur président national, Vital Kamerhe, en détention à la prison de Makala, à Kinshasa, depuis avril 2020.

Ils détenaient des calicots, banderoles et affiches sur lesquels l’on pouvait lire des messages appelant à la libération du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi.

À en croire le president fédéral de ce parti, rien ne se fera comme prévu et les militants n’ont pas les moyens de descendre dans la rue pendant que la police a assiégé les alentours du bureau.

« Lorsque ton adversaire est mieux positionné, il faut être sage et intelligent pour renverser la tendance », a déclaré Richard Losambo.

Cependant, nos sources proches de la mairie de Kisangani renseignent que les autorités provinciales de l’UNC avaient été informées de l’interdiction de toute marche ce vendredi dans la capitale de la Tshopo.

Germain Busoke Duperso