• afriland banniere

RDC : Les « Consommateurs Lésés » saluent l’accord gouvernement – Ventora et appellent à sa publication pour garantir la transparence

Au cours d’une conférence de presse organisée lundi 09 mai 2022 à Kinshasa, le Mouvement national des consommateurs lésés (MNCL), a salué l’accord signé entre le gouvernement et le Groupe Ventora pour le retrait, par l’État congolais, de ses actifs miniers et pétroliers.


« Nous avions émis des réserves parce-que nous n’avions pas eu suffisamment le temps pour non seulement émettre nos préoccupations mais aussi pour maîtriser toutes les vraies motivations de la Commission ayant négocié cet accord », a fait savoir Joël Lamika, coordonnateur du MNCL.

Pour lui, cet accord à l’amiable est bénéfique parce qu’il évite au pays un long procès dont l’issue n’est pas connue d’avance.

« Après une analyse approfondie de cet accord, le MNCL salue cet accord qui permet au pays de récupérer ces actifs pétroliers et miniers évalués à plusieurs milliers de dollars, autres fois détenus par le Groupe Ventora de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler et qui sera désormais au bénéfice de la population congolaise. Mais, cependant, le Mouvement national des consommateurs lésés recommande vivement au gouvernement de rendre public cet accord pour raison de transparence », a dit le numéro un de cette structure de la société civile.

Par ailleurs, le MNCL a exhorté les autorités congolaises à se pencher sur le dossier de la firme sud-africaine Dig Oil.

« Souvenez-vous, en 2010, la RDC avait octroyé ce bloc à la société Kaprikat et Foxwhelp. Par conséquent, ne pouvant pas accorder l’ordonnance présidentielle à la société Dig Oil, société de droit sud-africain. Cette dernière a bénéficié d’une condamnation à l’encontre de l’État congolais à hauteur de 619 millions de dollars. Aujourd’hui, le pays court le risque de voir ses avoirs saisis à l’nternational par cette société qui bénéficie, à ce jour, de l’exequatur dans trois pays notamment la France, la Belgique et les USA. Ce qui représente d’ailleurs un préjudice énorme pour l’image du pays au regard du climat des affaires. En conclusion, le MNCL veut aussi connaître le sort que la RDC réserve à ce dossier, car c’est cela aussi défendre les intérêts du pays de façon équilibrée », a dit remarquer J. Lamika.

Pour rappel, le gouvernement avait conclu un accord à l’amiable, au mois de février dernier, avec le Groupe Ventora. Cela a permis à l’État de récupérer des actifs miniers et pétroliers de cette entreprise, évalués à plus de 2 milliards de dollars américains.

Josué Bengbazo

À la une

Également sur Actu 30