RDC : liste des partis politiques reconnus, Jean-Marc Kabund met en garde contre la tentative de liquider l’UDPS/Tshisekedi

Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l'UDPS lors de la reprise des travaux du dialogue inclusif le 21/12/2016 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de voxpopuli.cd le 6 mars 2018, Jean-Marc Kabund, secrétaire général et président par intérim de l’UDPS/Tshisekedi met en garde contre toute tentative de liquidation de son parti. Ne retrouvant pas le nom de sa formation politique sur une liste des partis politiques autorisés à fonctionner en RDC circulant dans les réseaux sociaux, il appelle ses militants à se mobiliser et à se tenir prêts pour défendre l’«héritage commun » légué par Etienne Tshisekedi. L’UDPS/Tshisekedi affirme avoir pris connaissance, à travers les réseaux sociaux de l’existence d’une liste des partis politiques autorisées à fonctionner en RDC, élaborée au ministère de l’Intérieur. « A la lecture de celle-ci, il apparait clairement que l’UDPS, originellement agréée par l’arrêté ministériel n°91-049 du 17 janvier 1991 puis reconnue en tant que l’UDPS/Tshisekedi  à la suite de l’Accord Global et inclusif de Sun City,  enregistrée selon la loi n°1682/2004 du 14 septembre 2004, au n°425 de la liste actualisé au 11 mars 2015 des partis politiques autorisés à fonctionner en République démocratique du Congo, n’y figure pas », reprend le communiqué. Selon Jean-Marc Kabund, l’UDPS/Tshisekedi n’est pas surprise de constater qu’il s’agit d’une démarche qui rentre dans le plan machiavélique concocté en vue de sa liquidation (parti). Toutefois, le Secrétaire général de l’UDPS/Tshisekedi explique que, malgré le démenti « évasif » du vice-ministre de l’Intérieur, Basile Olongo, fait le 6 mars 2018 par médias interposés, sur l’existence de cette liste, son parti reste vigilant et « met en garde le pouvoir en place contre toute tentative consistant à l’effacer de la scène politique congolaise afin de renforcer la dictature ».

D’après Jean-Marc Kabund, l’UDPS Tshisekedi avait informé le ministre de l’Intérieur, après la mort de son président, Etienne Tshisekedi, que c’était lui la personne nommée par le défunt pour représenter le parti.  « Au cas où cette liste s’avérerait vrai, l’UDPS/Tshisekedi, composante du Rassemblement signataire de l’Accord de la Saint Sylvestre, n’entend pas se laisser faire. Elle prend à témoins l’opinion tant nationale qu’internationale sur les conséquences graves qu’entrainerait pareille décision dont seul le pouvoir assumera les responsabilités », indique Jean-Marc Kabund.